La santé des intestins

Sensation de bien-être ou de légèreté, stabilité du poids, stimulation des facultés intellectuelles, amélioration des états inflammatoires, santé de la peau, prévention des maladies par l'élimination des toxines, voilà certes un intéressant tableau! Sachez que tous ces avantages vont de pair avec un bon fonctionnement intestinal. Combien de maladies ou de malaises même les plus légers, découlent d’un encombrement in­testinal!
 
Les déchets qui y stagnent passent dans le sang et intoxiquent l'organisme. La vie moderne -l'alimentation déséquilibrée et le stress surtout- a beaucoup a voir avec les perturbations intestinales, qu'elles prennent la forme de constipa­tion, de diarrhée, de colites, de flatulences, de parasites intestinaux, d'hémorroïdes, de diverticulite ou de cancer du côlon.
 

Physiologie du côlon

Le gros intestin, ou côlon, constitue la dernière partie de l’appareil digestif. Ce gros boyau souple, dont la longueur correspond à peu près à notre taille, ceinture l'intestin grêle. Le côlon comprends plusieurs sections :
 
  1. le caecum, point de jonction entre l'intestin grêle et le côlon et l'appendice, qui y est relié;
  2. le côlon ascendant, qui longe le côté droit de l'ab­domen et qui s’arrête au-dessus du foie;
  3. le côlon transverse, qui passe au dessus du nombril et qui rejoint le flanc gauche du ventre;
  4. le côlon descendant, qui descend le long du côté gauche en s 'incurvant vers le centre;
  5. le sigmoïde, extrémité en forme de «S» du côlon descendant
  6. le rectum, qui constitue la partie terminale du côlon et qui s'ouvre sur l'extérieur par l'anus.
 
Le côlon ne constitue pas qu'un tube destiné à évacuer les déchets provenant de la digestion. Il sert également à assimiler une foule de sels minéraux ainsi que de l'eau; il héberge en outre une flore microbienne d'une importance capitale, dont les deux principaux rôles sont de détruire des bactéries pathogènes et fabriquer certaines vitamines. Toute perturbation de la flore intestinale représente un danger pour la santé. Comme le proces­sus de la digestion dure normalement une vingtaine d'heures, nous devrions donc aller à la selle au moins une fois par jour.
 

Maladies du côlon et leur cause

Les maladies intestinales sont en hausse constante dans nos sociétés occidentales. Une alimentation raffinée, caractérisée par le manque de fibres, perturbe et ralentit le transit intestinal. Les parois extrêmement minces du côlon finissent par s'irriter et se perméabiliser, laissant passer dans le flux sanguin des déchets qui envahissent le reste de l'organisme.
 

La constipation

Souvent considérée comme inoffensive, la constipation est une affection très courante. Il s'agit du ralentissement de la progression du bol fécal, qui peut aller jusqu'à l'impossibilité de déféquer.
 
En naturopathie, la constipation ne se résume pas à une difficile expulsion des selles ou à leur dureté. Ainsi, certaines personnes sont constipées tout en allant à la selle tous les jours; par exemple, vous pouvez évacuer quotidiennement les résidus des repas de l'avant-veille. Les matières fécales demeurent donc trop longtemps dans le côlon, de sorte que les toxines franchissent la mince paroi intestinale souvent rendue moins résistante en raison d'une carence en acides gras essentiels. Voilà pourquoi beaucoup de personnes constipées souffrent de maux de tête, de problèmes cutanés, de nervosité, etc. Bien des cancers se déclarent à la suite de longues périodes de constipation chronique.
 
Si les causes de la constipation sont multiples, c'est l'alimentation qui revient le plus souvent, notamment le manque de fibres et d'eau. Une déficience de la sécrétion biliaire, le stress et l'épuisement nerveux constituent également des facteurs prédisposants, sans compter le manque d'exercice physique, et l'affaiblissement des muscles abdominaux qui en résulte, qui nuit à l'activité intestinale.
 
La constipation finit par irriter la muqueuse intestinale, qui réagit par la diarrhée. Il n’est donc par rare d’observer une alternance entre les deux états.
 

La diarrhée

Lorsque le colon veut se débarrasser rapidement d'un excès de toxines qui l'encombre et irrite ses parois, il a recours à un réflexe de défense: la diarrhée. Celle-ci est caractérisée par des évacuations nombreuses et intenses de liquides, qui se présentent sous différentes formes et dont les odeurs peuvent être nauséabondes. Entre autres causes, mentionnons une surcharge alimentaire, une mauvaise digestion, la nervosité excessive, les effets secondaires de certains médicaments, tels que les laxatifs, et des combinaisons alimentaires inappropriées.
 
L’apparence des selles en dit long sur l’état du tube digestif. Si elles présentent une coloration jaune roussâtre et sont de consistance légèrement visqueuse, c'est l'intestin grêle qui est irrité. Au contraire, la présence de déchets brunâtres révèle une perturbation du côlon gauche, tandis que des fèces acides d'apparence mousseuse et de couleur jaunâtre correspondent à des fermentations qui touchent le caecum.
 
Des diarrhées occasionnelles apparaissent parfois à la suite d'un choc émotif intense, d'une peur subite ou d’un état d'anxiété aiguë. Mais quelle qu'en soit la cause, les diarrhées, si elles se prolongent, accroissent l'irritation du côlon et sont susceptibles de se transformer en colites.
 

La colite

La colite apparaît lorsque l'irritation du côlon par les toxines devient chronique, causant l'inflammation de la muqueuse intestinale. Cette affection peut se manifester dans différentes parties du gros intestin en laissant des traces de sang ou de pus dans les selles. Il suffit que cet état se prolonge pour que les parois du côlon durcissent, s'ulcèrent et se nécrosent, pavant lentement la voie au processus de cancérisation. Les principales causes sont une alimentation raffinée, le stress et la prise d'antibio­tiques, qui déstabilisent fortement la flore intestinale.
 

Les flatulences

Sans être nécessairement d'origine pathologique, les flatulences, ou gaz, révèlent la présence de perturbations intestinales la plupart du temps causées par une mau­vaise digestion des aliments. Mais elles accompagnent aussi diverses affections, telles que la constipation, la diarrhée et la colite. Si une flore intestinale déséquilibrée en est souvent la cause, la nervosité et l'aérophagie constituent aussi d'autres facteurs. Les flatulences peu­vent également être attribuables à des abus alimentaires répétés et prolongés. La consommation de sel, de café, de friture, de sucre et d'alcool, la cigarette et le séden­tarisme ,sont autant de causes de gaz intestinaux.
 

Parasites intestinaux

Ces hôtes indésirables du tube digestif proviennent principalement d'aliments avariés. Cependant, un côlon encombré de déchets, irrité ou affaibli représente un terrain propice à la prolifération des vers intestinaux. Comme leur nom l'indique, ils parasitent le corps qui les héberge en se nourrissant du contenu intestinal, ce qui provoque des diarrhées, des colites et bien d'autres désagréments, tels que migraines, nausées, fatigue et nervosité.
 

Hémorroïdes

Dilatation des veines du rectum et de l'anus, les hémorroïdes sont généralement provoquées par la constipation. Ce phénomène agit d'une part en nécessitant des efforts exagérés à la défécation et, d'autre part, en donnant lieu à une stagnation des toxines dans la région du côlon.
 

Diverticules

Il s'agit de petites poches qui se creusent sur les parois du côlon et où s'accumulent toxines et déchets fécaux. Les diverticules peuvent conduire au cancer.
 
Par Luc Mathieu, naturopathe
 
Source: Top Santé, avril 1997